Derniers Articles
Menu
Cinématographe
- Empreintes Criminelles, nouvelle série France 2
Culture - Cinématographe
Écrit par Mistermorg   

France 2 nous propose, ce soir, les 3 premiers épisodes d’une toute nouvelle série policière historique : Empreintes Criminelles

Empreintes Criminelles

Synopsis : A Paris, dans les années 1920, à l'intérieur d'un grenier poussiéreux de la PJ parisienne, un laboratoire de police unique au monde prend forme. Julien Valour, policier torturé mais visionnaire, est aux commandes de cette unité très spéciale. Il est accompagné de Léa Perlova, une experte scientifique indépendante et féministe, Pierre Cassini, un flic de terrain à l'ancienne, Marius Delcourt, un policier doué pour les inventions en tout genre, Martello, un jeune flic idéaliste, et Pauline Kernel, une jeune bourgeoise qui fait ses premiers pas comme médecin légiste. Avec la volonté des pionniers, ces hommes et ces femmes se battent sans relâche pour imposer leurs nouvelles méthodes... Ils tentent de faire perdurer cette unité dont l'existence est régulièrement remise en cause par la police classique...


Empreintes Criminelles - Générique par MakingProd

Trois premiers épisodes seront diffusés le vendredi 25 mars et 2 autres vendredi 1er avril sur France 2 dès 20:30.

Empreintes Criminelles est à la croisée des Experts et des Brigades du Tigres, et rappelle ,d’après une interview du co-scénariste Lionel Olenga, les films La Ligue des Gentlemen Extraordinaires et Sherlock Holmes. Voir les premières photos...

Cette série semble intéressante à plus d’un titre. Tout d’abord, le décalage avoué par les choix musicaux mais aussi les tenues vestimentaires ou la psychologie des personnages résolument modernes.
Croisons les doigts et espérons avoir une bonne surprise ce soir !

 
- Maison Close, la nouvelle série Canal+
Culture - Cinématographe
Écrit par Mistermorg   
Lundi, 04 Octobre 2010 10:06

A ne pas manquer ce soir (pour les abonnés), la toute dernière création Canal+ : Maison Close.

Cette série en 8 épisodes nous plonge dans le quotidien d'un bordel de luxe du XIXème siècle parisien.

n Close, la nouvelle série Canal+


L'histoire :Paris, 1871.Dans un bordel de luxe, trois femmes tentent d'échapper à la servitude imposée par les hommes. La très jeune Rose débarque à Paris à la recherche de sa mère, ancienne prostituée. Elle est piégée par un rabatteur et enrôlée de force au Paradis. Véra a trente-cinq ans. Elle sait que la fin de sa carrière de prostituée est proche. Elle mise tout sur le Baron Du Plessis,son principal client et le seul en mesure de racheter sa dette.Hortense est la patronne du Paradis. Elle doit tenir ses filles et résister aux pressions d'un voyou des faubourgs qui lui réclame de l'argent.

Notre avis : Bien que n'ayant pas eu la chance de voir le premier épisode, nous allons tout de même vous dire pourquoi il nous semble intéressant de regarder cette série.

- Un travail documentaire par un historien spécialiste de l'époque : Jacques Rougerie.
- Un scénario alléchant.
- Un rendu visuel assez convaincant et une ambiance feutrée et un peu glauque.
- Un casting plutôt bien senti (même la petite demoiselle de la série préférée des français semble avoir trouvé sa place).
- Un site web et une campagne de pub online et offline très soignés et plutôt dérangeants.

Un programme assez ambitieux pour cette chaîne qui n'a jamais vraiment misé sur les séries maisons en costume d'époque.

Donnez nous votre avis !


Désolé pour le son douteux : il s'agit de la seule vidéo disponible sur la campagne web de la série.

Pour aller plus loin, découvrez l'ouvrage de Parigramme sur la maisons closes dans les années 30.

Maison Close ParigrammeMaisons closes parisiennes
Architectures immorales des années 1930


Fermée sur le monde extérieur, la maison close ouvre sur de multiples horizons et soigne en conséquence sa distribution et ses décors.
Le système construit du sexe propose un cheminement labyrinthique, enchaînant sas, couloirs, salons, escaliers jusqu’aux chambres, ultimes refuges de la consommation sexuelle.
Juxtaposant les perspectives, la maison d’illusions transporte ses clients dans des ambiances de cinéma : palais de maharajah, cabine de transatlantique, boudoir japonisant, cachot médiéval...
Les bordels huppés s’inspirent des cafés et dancings à la mode dont ils sont les voisins, tandis que les sordides maisons d’abattage présentent à la ville leurs façades carcérales.

Photos d’époque, plans inédits et rapports de police à l’appui, Paul Teyssier, architecte, pousse les portes de ces lieux oubliés et nous fait découvrir les méandres de leurs «?architectures inversées?».
Auteur : Paul Teyssier
ISBN : 9782840966043
Relié
25X31cm
280 pages
Prix: 59 €

 
- Ocedia - Jules Verne
Culture - Cinématographe
Écrit par Franckyfreak   

Chaque livre de Jules Verne vit comme un oiseau qui bat de ses propres ailes. Court-métrage réalisé par Sylvain Potel et David Uystpruyst. (2004 © Ovul Creation).

 
- Uchronia - Un film de Yohan Faure
Culture - Cinématographe
Écrit par Franckyfreak   

Un petit coup de pouce au réalisateur  pour son second court métrage "UCHRONIA". La bande annonce donne envie qu'en pensez vous ?


 

 
- Les films de Franck Dion
Culture - Cinématographe

 

Les films de Frank Dion

Je vous invite aujourd’hui à découvrir le monde fantastique des courts métrages satiriques et emprunts de poésie de Franck Dion. Ce réalisateur de films d’animations a notamment collaborer avec les éditions Grasset jeunesse, Asmodée éditions et différentes maisons de productions pour le cinéma, le documentaire et la publicité en tant qu’illustrateur.

Je suis d’abord tombé nez à nez, il y a quelques années, avec son magnifique « L’inventaire Fantôme« .

L’huissier Soms se rend chez un vieil homme qui collectionne des souvenirs dont plus personne ne veut. Dans l’appartement vide et misérable, le fonctionnaire ouvre une porte dérobée et découvre un grenier gigantesque où sont entreposés des milliers d’objets. L’huissier entreprend alors un étrange inventaire

 

 

 

Il y a quelques mois, j’ai eu la chance de découvrir son nouveau court métrage résolument steampunk : Monsieur Cok.

Monsieur COK est le propriétaire d’une grande usine de fabrication d’obus. Sa passion pour le rendement et son goût du profit le conduisent à remplacer ses employés par des automates très perfectionnés. Résignés les anciens ouvriers assistent impuissants au labeur de leurs remplaçants mécaniques. Mais cela ne va pas sans susciter la colère de l’un d’entre eux…

 

 
<< Début < Précédent 1 2 3 Suivant > Fin >>

Page 2 sur 3